L’énergie de tes 12 ans :

Te souviens-tu quand tu avais 12 ans et que tu étais toujours une petite batterie humaine pleine d’énergie. C’était le bon temps n’est-ce pas ? Pour ma part, le samedi, j’avais toujours excessivement hâte de sortir du lit et d’aller rejoindre mes amis qui jouaient dehors. Une bouchée et demie d’un sandwich au creton, une pomme et un grand verre de lait plus tard et j’étais fin prêt pour une journée remplie d’aventure. Ma journée typique à moi était de rester au gros soleil sur le terrain de soccer ou d’aller au parc pendant plus de 4 heures, ensuite piscine party à la maison jusqu’à ce que la nuque devienne bien rouge et je terminais cette magnifique journée avec une slush et des guimauves autour d’un feu. Et le pire dans tout ça, c’est que je ne montrais aucun signe de fatigue. Avant même d’aller dormir, j’étais déjà très excité et prêt pour une journée encore plus tonifiante le lendemain. C’était formidable d’avoir toujours cette énergie constante là. On dirait que peu importe ce que je mangeais ou faisais, l’énergie était toujours présente.

Malheureusement, j’ai cru remarquer que les choses changent beaucoup lorsqu’on prend un coup de vieux. Plus les responsabilités augmentent et plus je vois les gens autour de moi délaisser leur santé. Ça ne devrait pas fonctionner de cette façon. Au contraire, la santé est la chose la plus importante qu’on ait et il est important d’en prendre conscience pour pouvoir la transmettre à nos générations futures. Pour la première fois depuis très longtemps, notre génération (la génération Z) a une espérance de vie en baisse. Au Canada, on estime qu’en 2008-2009, un décès sur dix au sein de la population canadienne adulte était attribuable au diabète et un décès sur cinq était attribuable aux maladies du cœur. Et ces chiffres ne font qu’augmenter d’année en année. Plutôt alarmant non ?

Le pire dans tout ça, c’est qu’il y a une corrélation entre ces deux troubles de la santé. Une ressemblance qui est difficile d’ignorer, mais qui, trop souvent, est une solution prise lorsque le mal est déjà fait. La réponse : Le style de vie des gens. Et oui, de récentes découvertes scientifiques indiqueraient que plus de 85% de la modulation des gènes de l’ADN serait reliée au style de vie! C’est ce qu’on appelle le phénomène de l’épigénétique. Une découverte digne d’un prix Nobel. Je ne veux pas trop m’attardé sur le sujet de l’épigénétique, car je vais en parler en profondeur dans un autre article. L’important ici est de prendre conscience que nos gênes réagissent à nos habitudes de vie. L’alimentation, l’activité physique, la gestion des émotions, les polluants exogènes, les métaux lourds, etc. Lorsque ces facettes de notre vie sont bien appliquées, elles sont capables de changer drastiquement notre santé et, du même coup, notre niveau d’énergie. Par contre, lorsqu’elles sont mal appliquées sur un long terme, elles peuvent engendrer multiples troubles de la santé comme le diabète de type 2, les maladies du cœur, l’Alzheimer, des problèmes cutanés, l’obésité, le cancer et des centaines d’autres troubles de la santé…

3 habitudes à avoir pour optimiser ton style de vie efficacement et de façon durable :

Le but ici n’est pas nécessairement de toutes les appliquer et de changer drastiquement du jour au lendemain tes mauvaises habitudes (bien que ce serait super pour toi). L’objectif est plutôt d’y aller un pas à la fois afin de pouvoir te conditionner à réaliser ces habitudes sur le long terme sans que ce soit difficile. Vas-y une habitude à la fois, une semaine à la fois. Tu es prêt ? Go !

Première habitude : Évite les aliments transformés de ton assiette.

Lorsqu’on parle d’aliments transformés, on peut directement relier le terme vers les aliments à mauvaise digestion ou assimilation. De nos jours, nous sommes tous en contact avec une vaste gamme de produits délicieusement sucrés envahissant nos paniers d’épicerie. J’appelle ces produits des « inventions alimentaires ». Ces fameux aliments ne sont pas présents dans la nature, ils sont une création de toute pièce d’un laboratoire alimentaire ayant pour but ultime de produire des milliards de dollars à l’industrie qui les conçoit. Ta santé n’a jamais été une priorité pour cette industrie et elle ne le sera jamais. Où seraient les bénéfices pour une compagnie de produits laitiers produisant 6,2 milliards de dollars par année de t’annoncer que les plus récentes études scientifiques démontrent que la consommation de produits laitiers de tout type augmente le risque de développer un cancer ou que ces produits altèrent le bon fonctionnement de ton système immunitaire et digestif. Imagine le chamboulement que ça causerait à l’économie québécoise si ça devait arriver.

97% des inventions que tu retrouves en épicerie sont des aliments transformés ayant eu un ajout de produit synthétisé en laboratoire pour rehausser la saveur, augmenter la durée de vie, stabiliser la formule ou, encore, pour une fonction qui nous est inconnue. Plusieurs fruits comme la pomme contiennent une cire protectrice nommée Morpholine. En fait, la Morpholine est principalement utilisée comme inhibiteur de corrosion dans les systèmes de chaudière et de solvant dans les produits de nettoyage, mais pour ce qui est de la pomme, elle sert à ce qu’elle reste belle, luisante, sans « poque » et, surtout, qu’elle reste dans ton réfrigérateur plus de 2 mois.  Imagine ce que ça fait sur ton corps si tu manges 1 pomme par jour durant les 20 prochaines années. Un cancer ? Un système immunitaire affaibli ? Qui sait ?

Pour ma part, ayant étudié le domaine de la nutrition et de la santé depuis maintenant près de 7 ans, j’ai pris la décision d’être proactif sur ma santé et d’apprendre par moi-même comment l’optimiser au maximum.

Voici quelques pistes de solutions que j’utilise personnellement de façon régulière :

  • Priorise les aliments biologiques : Oui je sais, ça coûte cher un sac de pomme à 6.99$ au lieu de celui à 4.99$… mais comme j’ai dit plus haut, l’amélioration du style de vie est une solution trop souvent prise lorsque le mal est déjà fait.
  • Cuisine toi-même tes repas : Je sais je sais… tu n’as pas le temps ou tu brûles 75% de ce que tu fais cuire…
    mais un livre de 250 recettes du genre « 5 Ingrédients en 15 minutes », ça s’achète.
    Sans quoi, il existe maintenant des fournisseurs de repas santé. Ça coûte en moyenne entre 6$ et 10$ par repas. Si tu n’as vraiment pas le temps, c’est ta solution.
  • Élimine de ta vie la restauration rapide : Honnêtement, fais-le… tu n’as pas idée de la quantité de produits chimiques qu’ils utilisent… Si tu veux vraiment avoir une idée (à tes risques et périls), clique ici pour voir ce qu’est le « Pink Slime ». C’est un produit utilisé par les plus grandes chaines de restaurations rapides.

Deuxième habitude : Bois suffisamment d’eau « potable » :

Tu as sans doute déjà entendu dire que l’eau d’aqueduc est « potable ». Et bien, pour moi, le mot potable sonne comme « eau correcte », sans plus. Cette eau contient, au Québec, des traitements au chlore et au fluor. Ces traitements servent principalement à éliminer les bactéries et à traiter nos eaux de toutes sortes de bactéries et de coliformes, ce qui est logiquement une bonne chose ! Par contre, au niveau de la santé, ce n’est pas super. Le chlore endommage grandement la flore intestinale et, du même coup, ton système digestif. Le fluor, quant à lui, est une neurotoxine extrêmement difficile à éliminer naturellement. Elle s’accumule dans la circulation sanguine et est conjointement liée au développement de maladies auto-immunes et de plusieurs troubles mentaux (j’en parlerai dans un prochain article). Ce qui est négatif n’est pas d’en consommer un verre par jour, mais bien d’en consommer de 5 à 10 verres tous les jours pendant plusieurs années. La solution afin de diminuer au maximum ton exposition à ces substances est simple : filtre ton eau.

L’eau en bouteille populaire peut contenir entre 80 ppm et 240 ppm.

L’eau d’aqueduc peut contenir entre 120 et 500 ppm (500 dans les pires cas).

L’eau micro-filtrée peut contenir entre 0 ppm et 80 ppm.

Les micro-filtres de carbone permettent d’atteindre un niveau de métaux lourds et de minéraux hydriques sous les 40 ppm (parties par million). Pour le peu d’investissement et d’efforts que ça coûte (entre 10$ et 40 $), cela pourrait faire une énorme différence sur ta santé à long terme.

Troisième habitude : Bouge, le corps humain est physiquement conçu pour ça !

As-tu l’habitude de boire de l’alcool ou de fumer ?
Si ta réponse est non, alors c’est que tu n’es pas conditionner à en consommer de façon régulière. Ce sont les habitudes qui font consommer ces substances. Et bien, c’est le même principe pour l’activité physique. Si tu n’as pas l’habitude de bouger et de pratiquer un sport, il serait grand temps de t’y mettre dès aujourd’hui, car s’il y a un point vers lequel tous les scientifiques de ce monde sont en accord, c’est bel et bien que l’activité physique pratiquée de façon régulière augmente grandement l’énergie et, du même fait, diminue grandement le risque de maladie.

Voici trois pistes de solutions pour incorporer l’habitude de pratiquer un sport.

  • Débute simplement avec des séances 1 à 3 fois par semaine. Conditionne ton corps et ton esprit à pratiquer cette activité physique régulièrement.
  • Inscris-toi dans un cours de groupe sportif. Par exemple, le zumba, le Crossfit, le Spinning, le Bodypump, le Yoga, etc. Les cours en groupe avec des entraîneurs/motivateurs sont très motivants pour commencer.
  • Lorsque tu seras prêt et que ton corps t’en redemandera jour après jour, tu pourras alors à ce moment t’aventurer vers des sports plus compétitifs. Des sports de défi ou tu auras à pousser tes capacités à un autre niveau. C’est à ce moment que la passion se développe !

Suis ces 3 étapes et je suis certain que tu réussiras à long terme à conditionner ton corps à apprécier l’activité physique.

Tu es maintenant maître de prendre tes propres décisions et j’ai confiance que ce texte t’aideras à retrouver une vie tonifiante.
J’aurais pu te parler de plusieurs autres habitudes qui, selon moi, sont essentielles pour le maintien d’une santé optimale.
Commence d’abord à incorporer ces 3 habitudes de vie pour l’instant et je te partagerai les autres une prochaine fois !
Mon objectif sera toujours de t’éduquer à devenir autonome par rapport à ta santé.

N’hésite pas à communiquer avec nous pour tes questions !

– Jérôme Gravel